Au-delà des bourdonnements : l'impact psychologique des acouphènes

Vous percevez un son qui n’a aucune origine externe. Votre cerveau entend un bourdonnement, un sifflement ou un chuintement mais il n’y a pas de bruit. Vous l’entendez dans une oreille ou dans les deux.1 Vous avez fait des recherches sur Internet et vous pensez qu’il s’agit d’acouphènes.

Vous avez peut-être vu qu’ils affectent entre 10 et 15 % de la population mondiale et que, parfois, ils peuvent être atténués sans traitement. Mais qu'ils peuvent aussi, dans d’autres cas, être très invalidants. Vous aimeriez faire partie de la première catégorie mais, hélas, ce n’est pas le cas. Cela vous stresse et vous dormez mal. Et, malheureusement, vous n’êtes pas le seul.

Le stress des acouphènes

Outre le trouble et l’inconfort qu’ils engendrent, les acouphènes peuvent également avoir un impact psychologique. La détresse émotionnelle qu’ils provoquent peut rendre les sons encore plus désagréables. Et comme l’exacerbation des sons peut accentuer la détresse, un cercle vicieux se met en place, aggravant le sentiment de détresse et l’intensité des acouphènes.

Il est fréquent que les patients acouphéniques signalent également des problèmes :

  •  d’anxiété
  • de dépression
  • de concentration
  • de douleur
  • et de sommeil 2, 3, 4

Les acouphènes peuvent affecter le temps d’endormissement. L'insomnie, conjuguée à la détresse émotionnelle engendrée par les acouphènes, peut elle aussi nourrir une spirale infernale à même d’altérer le bien-être psychologique.5 Par conséquent, apprendre à gérer les symptômes de ses acouphènes peut aider en cas d’anxiété, dépression et problèmes de sommeil.

Les effets sur l’entourage

Les acouphènes n’affectent pas seulement la personne qui les entend. Selon l’American Tinnitus Association6, famille, amis et collègues de travail peuvent également être affectés en essayant d’aider un proche souffrant d’acouphènes.

De forts bourdonnements et une sensibilité au bruit peuvent empêcher les sujets acouphéniques d’avoir une vie sociale et de communiquer normalement avec les autres — même avec leurs conjoints et amis. Les proches d’un patient acouphénique ressentent souvent frustration et confusion tandis qu’ils essaient de comprendre et de l’aider.

Que puis-je faire pour arrêter le cycle ?

Pour pénibles qu’ils soient, il faut savoir qu’il existe des traitements permettant d’atténuer l’intensité des symptômes des acouphènes. Un audioprothésiste pourra effectuer une série de tests et vous proposer un plan d’action pour vous aider à trouver la meilleure façon de les atténuer.

Autres sujets d'intérêt :

Let us help you find a provider near you.

If you need to find a hearing care professional fill out the form below and we will help you!

*
*
*
*
*
We never sell any personal information you provide to us. By completing this form, you agree to our Privacy Policy and Terms of Use.

Sources:

1. Langguth B et al. (2013) Tinnitus: causes and clinical management. Lancet Neurol.12:920-930.
2. Zöger S et al. (2006) Relationship between tinnitus severity and psychiatric disorders. Psychosomatics. 47:282-288.
3. Belli H et al. (2012) Psychopathological dimensions of tinnitus and psychopharmacologic approaches in its treatment. Gen Hosp Psychiatry. 34:282-9.
4. Geocze L et al. (2013) Systematic review on the evidence of an association between tinnitus and depression. Braz J Otorhinolaryngol.79:106-111.
5. Wallhäusser-Franke E et al. (2013) Tinnitus and insomnia: is hyperarousal the common denominator? Sleep Med Rev. 17:65-74.
6. American Tinnitus Association www.ata.org. (Website checked May 29, 2019)